Jazz - Ut musica poesis

[Ut musica poesis] Jazz Racine Haïti où la mystique des voix mêlées

jrh200Avec ce nouvel opus, le saxophoniste guadeloupéen nous propose un voyage inédit au cœur des rythmiques haïtiennes. Projet d’abord muri sur les scènes du live depuis deux ans, Jazz Racine Haïti donne à écouter de prime abord une musique à l’architecture solide, enracinée au corps d’une rythmique précise et efficace – le travail d’orfèvre d’Obed Calvaire (batterie) dans « Sept Fe » en est un majestueux exemple d ‘ailleurs, tant il fait preuve de précision dans le maillage des différentes figures rythmiques.

Au fil des dix morceaux que contient l’album, Jacques Schwarz-Bart propose pour moitié des musiques traditionnelles haïtiennes auxquelles il administre de somptueux arrangements, et des compositions originales. « Kouzin », puis « Banda » commencent en mettant en scène de magnifiques thèmes où la trompette d’Etienne Charles se mêle, avec par endroit une réelle sensualité, au ténor et aux voix d’Erol Josué. Le sentiment de rejoindre le fondement d’une esthétique musicale haïtienne est fort car le travail d’harmonisation ne s’éloigne pas du discours original mais l’enrichit, en lui conférant une profondeur nouvelle. Ainsi le majestueux «Badé Zilé », le dynamique « Kontredans » où l’on retrouve avec bonheur la voix suave de Stephanie McKay, puis le grave « Vaudou Zepol », signent des exécutions extrêmement sensibles, teintées çà et là d’un certain lyrisme lorsque les voix humaines et le chant des instruments à vents soufflent de concert.

De temps à autre au fil de l’écoute, le grain velouté de la trompette retrouve en duos sensuels la chaleur irrésistible du saxophone ténor. « Night » en est un bel exemple lorsque doucement se pose la nuit sur les dernières tenues de notes.

Jazz Racine Haïti mêle avec un équilibre exquis les voix du chant traditionnel haïtien avec la pensée contemporaine du saxophoniste guadeloupéen, qui n’oublie pas, dans un « -Kaladja ! » déclamé dès les premières mesures de l’album, la transversalité qu’opère le tambour dans les musiques caribéennes.

Jazz Racine Haïti – par Jacques Schwarz-Bart. Sortie le 11 février 2014. Plus d’information sur le site de Jacques Schwarz-Bart.

UtMusicaPoesis


1 comment to [Ut musica poesis] Jazz Racine Haïti où la mystique des voix mêlées

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

derniers tweets

Dans nos archives : [Abracadabra in jazz] Le Gwo-Ka et le dilemne d'être jazzé tinyurl.com/oumrnqc


Sur Facebook

Paris Jazz Festival (juillet 2017) - Jazz à Paris

Le programme du Paris Jazz Festival est détaillé sur le site de Jazz à Paris. Retrouvez Jacques Schwarz-Bart le 1er juillet prochain à 16h00..

4 J’aime, 2 commentairesIl y a 1 semaine

Les disques Kaloukéra, un label discographique basse terrien

Les disques Kaloukéra (productions Henri Béville), un label discographique basse-terrien

2 J’aime, 0 commentairesIl y a 1 semaine

Mort à Montpellier du musicien cubain Ernesto Tito Puentes

Le chef d’orchestre et trompettiste virtuose cubain Ernesto « Tito » Puentes, est décédé ce jeudi matin, 8 juin à l’âge de 88 ans à Montpellier,..

7 J’aime, 4 commentairesIl y a 2 semaines

Première rencontre autour du piano | le Bananier bleu

9ème édition du Festival « Première rencontre autour du piano »

1 J’aime, 0 commentairesIl y a 2 semaines

blog de Choc

Je partage le dernier billet de Pierre de Chocqueuse, qui s’alarme sur son blog de la désaffection du public pour les musiques un tant soit..

5 J’aime, 0 commentairesIl y a 3 semaines


Copyright © 2001-2017 le Bananier bleu - Mentions Légales - All Rights Reserved - Posts Feed

Powered by WordPress & Atahualpa