A la Une - Afrique

Hugh Masekela, 1939 – 2018

Hugh Masekela - 1939/2018

Hier soir, va savoir pourquoi, j’ai pioché Live at the Market Theatre dans la bibliothèque de CD de la maison pour l’écouter… Et ce matin j’apprends la disparition de l’immense Hugh Masekela. Musicien d’exception, militant anti-apartheid de premier plan, le trompettiste a accompagné et marqué l’histoire de l’Afrique du Sud durant les six dernières décennies. En 2007, il était l’invité du festival Jazz à Pointe-à-Pitre et se produisait sur la place de la Victoire, ici dans l’objectif de Philippe Virapin. Un concert que je ne suis pas prêt d’oublier. Révélé au grand public international en 1968 avec Grazing in the Grass, sorti sur l’album The Promise of a Future, Hugh Masekela avait débuté dix ans plus tôt, avec des études en Angleterre suivies d’un séjour aux Etats-Unis où il avait été reçu par Harry Belafonte, Dizzy Gillespie et Miles Davis. Il n’a depuis cessé d’arpenter les scènes du monde pour y porter sa musique et son message. Il avait été marié avec Miriam Makeba – pour qui il avait composé Soweto Blues, avait collaboré avec le pianiste sud-africain Dollar Brand / Abdullah Ibrahim, et tourné avec Paul Simon à la suite de la parution de l’album Graceland. Simon l’invitera d’ailleurs ensuite sur l’album Rhythm of the Saints (Further to Fly). Trop court et totalement fragmentaire résumé d’une carrière extraordinaire… Parmi ses titres les plus connus, Bring Him Back Home servit d’hymne au mouvement de libération de Nelson Mandela. Mais on peut également citer Stimela – à propos des trains de charbon et des mineurs en Afrique du Sud, Mandela, ou bien ses reprises de Lady (Fela) ou District Six. Entre et jazz et afrobeat, Hugh Masekela avait réussi une fusion à la fois personnelle et presque universelle, toujours envoutante, qui a permis de porter haut et loin ses messages de résistance et d’humanisme. Une grande perte. Rest in peace.

Photos du concert de Hugh Masekela à Pointe-à-Pitre, le 15 décembre 2007, par Philippe Virapin

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

derniers tweets

[dans les archives] [Ut musica poesis] James Carter : Une poétique de l’audace ? Dans un éditorial précédent, j'ana bananierbleu.fr/198/james-car…

Sur Facebook

Genèse… En 1979, le jeune Andy Narell sortait son premier album, Hidden Treasure, accompagné de Kenneth Nash aux percussions, Steve Erquiaga..

1 J’aime, 2 commentairesIl y a 2 jours

TSF JAZZ

Hier soir, Michel Zenino et Mario Canonge présentaient leur album Quint’Up au Le Triton lors d »un concert qui a mis le feu. Avant cela, ils..

21 J’aime, 0 commentairesIl y a 1 semaine

Siltane, le rock blues rasin de Moonlight Benjamin | le Bananier bleu

Siltane, le rock blues rasin de Lightmoon Benjamin

7 J’aime, 1 commentairesIl y a 1 semaine

Ajoyo - Benskin

« AJOYO is the vision of multi-reed player Yacine Boularès, a mystic brew blending African tradition, jazz and soul. More than music, it’s a..

1 J’aime, 0 commentairesIl y a 2 semaines

Photos du journal

Soutenez le projet Kadans Caraïbe sur Ulule ! « L’association Mamanthé organise la 6ème édition du festival Kadans Caraïbe en mai 2018. Ce..

4 J’aime, 0 commentairesIl y a 2 semaines


Copyright © 2001-2018 le Bananier bleu - Mentions Légales - All Rights Reserved - Posts Feed

Powered by WordPress & Atahualpa