Brèves

Jérôme Barde, Olivier Témime & Yaite Ramos

jerome_bardeJérôme Barde est un musicien passionné et passionnant. En particulier par le choix des projets dans lesquels il s’investit, très régulièrement métissés. D’ailleurs souvenez-vous, il était sur la scène du Festival de Jazz de Pointe-à-Pitre en 2006, pour accompagner Monica Passos et Emmanuel Bex… Il a d’abord fait ses classes, appris à l’école des plus grands, Berklee, puis s’est frotté à ce qui se faisait de mieux enjazz, en France mais aussi outre Atlantique. Il aura croisé aussi bien Ira Coleman qu Kirk Lightsey ou encore Leon Parker, parmi de nombreux autres. C’est de la bonne carte de visite, ça Madame, croyez-moi ! Et en France, rien à redire non plus, Jean-Michel Pilc, Riccardo del Fra, Tony Rabeson, Olivier Témime… Collaborations nombreuses, mais il faut attendre 1989 pour avoir droit à un premier album en leader.

Puis en 2003 sort Mélolodie. Entretemps, Jérôme a fait du chemin. Il ne joue plus de la guitare mais du bardophone – je vous laisse le soin d’aller voir la présentation qu’il en fait sur son site, et son univers s’est fortement élargi aux musiques chaudes de l’Afrique ou de la Caraïbe. D’ailleurs on y retrouve le percussionniste guadeloupéen Arnold Moueza, qui accompagne régulièrement le guitariste guyanais Patrick Marie-Magdelaine.

olivier-temimeOn retrouve les deux hommes dans un autre projet important pour Jérôme Barde, les Volunteered Slaves d’Olivier Témime. Du gros son chaud pour se faire surtout plaisir : Ce groupe né au festival de jazz de Marciac a tout de suite déclenché l’enthousiasme du public et de la presse. Il plonge ses racines dans les expériences des années 70 pour mélanger funk, jazz et musiques afro. Son nom vient d’un thème de Roland Kirk, « volunteered slavery » et ravive l’énergie de cette époque euphorique à travers ses propres compositions et celles de Steve Grossman, Joe Henderson ou Marvin Gaye. On n’est pas loin de l’esprit de Sixun ici.

yaite-web-1Mais ce n’est pas tout. Jérôme accompagne également la talentueuse chanteuse Yaite Ramos. Ici on parle de funk, de groove, de latin-jazz, de Cuba bien sûr. Yaite a d’abord fait partie de Sabor a Miel, groupe de musique traditionnelle qui lui offre sa première occasion de chanter hors de son pays natal – ils passeront d’ailleurs en tournée aux Antilles à l’époque, avant de s’installer à Paris. Elle fera partie de Rumbanana – au sein desquelles passeront également entre autres Julie Saury, Sophie Alour et Lisa Cat-Berro, voir l’itv qui leur est consacré sur le Bananier bleu – et accompagne également Sergent Garcia. Aujourd’hui, elle dirige son propre groupe et a déjà produit deux albums, dont leplus récent, Camino largo.

Nul doute qu’arrivé là, vous n’avez qu’une idée en tête, écouter tout cela… Enfin j’espère en tous cas. Alors voici quelques liens pour vous aider :

Le site officiel de Jérôme Barde

Le site des Volunteered Slaves d’Olivier Témime

Le MySpace de Yaite Ramos

et sa page chez Alter Nativa



Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

derniers tweets

Dans nos archives : Frédéric Monino &quot;Around Jaco&quot; à Sonis tinyurl.com/lmo89mx #jazz



Copyright © 2001-2017 le Bananier bleu - Mentions Légales - All Rights Reserved - Posts Feed

Powered by WordPress & Atahualpa