France & Europe

Mike Stern live @ JAM Montpellier

MikeStern_photo2« Sidiizzz… Dividiizzz… Wanna buy my latest album? I’ll sign an autograph! Sidiizzz… Dividiizzz… C’mon guys! »

Jeudi dernier, Mike Stern était donc en concert au JAM à Montpellier. Et avant le concert, dans une salle pleine à craquer, l’homme fendait la foule, tout sourire, pour vendre ses disques. On n’est jamais mieux servi que par soi-même, surtout en ces temps de crise du disque ! Mais pas du spectacle vivant… En tous cas, pour Mike Stern, les concerts sont régulièrement complets, et c’est tant mieux. Depuis la dernière fois que je l’ai vu – il y a cinq ans, à LaKasa en Guadeloupe, les cheveux ont un reflet argenté plus accentué, mais l’énergie et la joie de jouer sont intactes. Mike Stern est venu avec une bande d’inconnus de bas étage composée de Randy Brecker, Chris Minh Doky et Dave Weckl… Désolé, on n’avait pas moins bien. Je crois que je serais venu écouter les trois autres, même si Mike Stern s’était défilé… Donc, à quatre, ils ont mis le feu d’emblée. Sur un répertoire allant de « These Times » à « Big Neighborhood » et en passant par l’excellent « Who Let the Cats Out? », ils ont alternés morceaux de bravoure, groove lourd et moments de grâce. Si j’avais un reproche, ce serait de n’avoir vu que le programme court… en une heure trente, le tout était dit, et heureusement qu’ils ne sont pas chiche en rappels pour rallonger la fête d’un bon petit quart d’heure supplémentaire. Même si sur le plan marketing, il est préférable que le client reste légèrement sur sa faim plutôt que d’être trop gavé, j’en aurais bien pris une assiette de plus, et je n’étais pas le seul. Pour le reste, la qualité était au rendez-vous. Sous des aspects de guitare rock, Mike Stern est capable de toutes les nuances, jazz, mélodique, d’une vélocité qui laisse pantois – sans être démonstratif, très fort ! – mais aussi doux et mélancolique quand il le faut, et capable d’un rock lourd qui vous prend aux tripes. Avec Mike Stern en vedette, Randy Brecker est resté un peu en retrait, mais était évidemment là où c’était nécessaire. Avec la lourde tâche d’assumer – avec succès – à lui seul les arrangements de morceaux composés pour des formations plus grandes, voire incluant la voix de Richard Bona. Derrière (enfin pas tant que ça d’ailleurs), Dave Weckl fut étincelant, et le public ne s’y est pas trompé. Véritables ovations pour ce batteur d’une énergie contagieuse – mais capable d’accompagner aux mains seules les ballades – qui nous a prodigué quelques solos d’une rare intensité. Aux basses, Chris Minh Doky était impeccable, mais aurait certainement pu donner encore plus. Au total, deux heures de concert (en incluant le retard au démarrage et les discussions d’après concert) tout en intensité que je ne suis pas prêt de regretter.

« Sidiizzz… Dividiizzz… Wanna buy my latest album? I’ll sign an autograph! Sidiizzz… Dividiizzz… C’mon guys! »

Plus d’informations sur le (très moche, désolé…) site officiel de Mike Stern : http://www.mikestern.org/ et sur sa page MySpace : http://www.myspace.com/mikesternjazz et puis évidemment, retour sur l’interview que nous avions réalisée en 2004 pour le Bananier bleu à l’occasion de ses concerts à LaKasa, avec Richard Bona et Lionel Cordew.

Photo (c) Clay Patrick McBride



Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

derniers tweets

Dans nos archives : Frédéric Monino &quot;Around Jaco&quot; à Sonis tinyurl.com/lmo89mx #jazz



Copyright © 2001-2017 le Bananier bleu - Mentions Légales - All Rights Reserved - Posts Feed

Powered by WordPress & Atahualpa