Guadeloupe & Martinique

IloJazz édition 2012

ilojazz2012

Le festival ILOjazz se déroule pour la quatrième année consécutive en Guadeloupe, du 10 au 16 décembre 2012. Digne successeur du festival de Jazz de Pointe-à-Pitre, il est organisé par Cap Excellence, la communauté de communes de Pointe-à-Pitre Abymes. Cinéma, rencontres professionnelles, concerts, master classes, les activités sont comme les années précédentes, riches et variées. Côté concerts donc, et après l’ouverture officielle du festival au Pavillon de la ville sur la place de la Victoire à Pointe-à-Pitre, les scènes seront placées à Sonis aux Abymes les 14 et 15 décembre, dans les rues de Point-à-Pitre pour les déambulations le 15 décembre, au Madras Café le 15 au soir, pour un after jazz, puis finalement, et comme le veut la tradition, sur la grand scène de la place de la Victoire le soir du Dimanche 16 décembre. Autre marque de fabrique du festival, la diversité des ambiances de chaque scène avec cette année dans l’ordre, une scène afro-caribéenne, une scène musiques urbaines et une scène internationale.

Vendredi 14 décembre – Sonis – Scène afro-caribéenne

ilojazz1412
Yann Negrit
ouvre le bal, à partir de 19h30. Né à Paris, Yann Négrit est bercé dès sa plus jeune enfance par les influences musicales de son père bassiste. Il a voulu que son premier album soit le reflet de son parcours musical. Pour ses compositions, il puise tout naturellement dans toutes les musiques qui l’influencent depuis son plus jeune âge pour que ses morceaux soient le parfait reflet de celui qu’il est devenu. Le socle de son projet, c’est le jazz, un jazz qu’il fusionne avec d’autres rythmes ou sonorités venus d’ailleurs. «Wild Ka» est un album unique et novateur, qui mêle ka, métal et jazz. Guitare : Yann NEGRIT – Batterie : Damien SCHMITT – Piano / clavier : Jonathan JURION – Percussions : Dominique TAULIAUT – Basse : Michel ALIBO

A 20h00, le projet Wespé pou Haiti rassemblera sur scène un all stars caribéen. C’est l’histoire d’une rencontre musicale riche qui exprime un profond sentiment de solidarité et de respect pour le peuple haïtien, pour sa contribution à la culture et à la nation caribéennes. Entre le pianiste Saint-Lucien Richard Payne, le trompettiste et compositeur Haïtien Jean Caze et le batteur et compositeur Guadeloupéen Sonny Troupé, se crée un regard sur le jazz qui donne vie à ce concept original. Ces trois musiciens qui résident bien loin les uns des autres – Sainte-Lucie, New York et Paris – ont des styles musicaux différents mais complémentaires, et font chacun leur propre cheminement sur les scènes contemporaines du jazz, de la musique urbaine et des formes traditionnelles de la Caraïbe. Piano / Clavier : Richard PAYNE – Trompette : Jean CAZE – Batterie : Sonny TROUPE – Percussion : Miki TELEPHE – Basse : Francis JOHN – Percussion : Joël WIDMAIER

Enfin, Cheick Tidiane Seck clôturera la soirée. Sa carrière impressionnante l’a amené à accompagner de très nombreux artistes à travers le monde, et il était sur la scène de la place de la Victoire il y a quelques années au sein du Malian Project de Dee Dee Bridgewater. Cheick Tidiane Seck est sans doute la synthèse et l’illustration parfaite de la métaphore : « Multi-instrumentiste». Compositeur, arrangeur et directeur musical, Cheick Tidiane Seck est surtout connu pour ses talents de claviériste. Tout au long de sa carrière, il a accompagné des artistes aussi variés que Jimmy Cliff, Fela, Joe Zawinul, Carlos Santana ou Hank Jones. Un grand musicien, dont le savoir-faire s’est exercé dans l’ombre, loin des feux de la rampe world music. Cheick est un insoumis; il refuse d’enfermer la musique africaine dans un ghetto, d’en faire une « tiers musique ». Lead Clavier, Guitare Vocal : Cheik TIDIANE SECK – Batterie : Marque GILMORE – Guitare, Tama : Guimba KOUYATÉ – Percussions : Madou KONÉ – Chant : Kabiné KOUYATÉ – Basse : Mohamed HAFSI

Samedi 15 décembre – Sonis – Musiques urbaines

ilojazz1512
Tysmé et MaqFlah
– 20h00. Membre du Karukera Crew depuis le milieu des années 90, Tysmé fonde avec Daly, Darkman, Shèwkan et Edinyo, la Horde Noire, connue notamment pour son hit « Mi La Sa Ka Bay ». En 2010, il délivre l’album « Zayanntifik » (Ziontific), fruit de sa passion pour la rime, le Hip-Hop, et plus généralement la musique. On retrouve dans cet album du Hip-Hop et de la musique Kako, nouveau genre baptisé par Exxòs MètKakola, faisant l’alliance entre les musiques traditionnelles de Guadeloupe et de Martinique, les sonorités modernes et musiques électroniques dites « urbaines ». De son côté, acteur du mouvement Hip-Hop créole depuis plusieurs années, Maqflah débute sa carrière au sein d’un collectif de rappeurs guadeloupéens vers le milieu des années 90. Evoluant depuis en solo,il est l’auteur du EP « Plis love » et multiplie les apparitions scéniques depuis sa sortie (Centre des Arts, Artchipel, Lakasa, Bik Kreyol, Sonis, Robert Loyson…) en son nom propre ou au sein du collectif «VIN KOUTE HIP-HOP». Lead / Voix : Tysmé – Lead / Voix : Maqflah – Choeurs : Kris Jam et Gwadness – Basse : Kid Kurs – Platines : DJ Gunshot – Saxophone : Philippe Sadikalay – Percussions : Didier Juste

Akua Naru – 21h00. Akua Naru propose une version plus féminine, poétique, consciente et sociale de la culture Hip-Hop et intègre largement à sa musique des éléments jazz et soul. Originaire du Connecticut, Akua Naru est une artiste émergente dont les voyages l’ont conduite à quitter l’Amérique pour l’Allemagne, où elle réside actuellement, en passant par la Chine ou le Ghana – dont elle est originaire. Akua Naru a commencé à écrire ses premières rimes très jeune et à se produire : «J’ai écrit, chanté et dansé depuis que je me souviens d’avoir mes premières pensées. Je n’ai pas seulement découvert la musique un jour. Je pense qu’elle m’a choisie et m’a découverte ». Avec le lancement de « The Journey Aflames » elle nous invite à écouter ce qui lui a permis d’être rapidement positionnée sur la scène comme un modèle de ce que les femmes peuvent être dans le Hip-Hop. Lead / Voix : Akua Naru – Batterie : Christian NINK – Basse : Alexander ROENZ – Clavier : Sebastian SCOBEL – Guitare : Leif BRAEUTIGAM – Saxophone : Julian RITTER

Autour des grandes scènes du festival, on retrouvera dans les rues de Pointe-à-Pitre, le 15 décembre, les déambulations sur la place de l’Hôtel de Ville (Marie-Galante group emmené par Camille Soprane), sur l’esplanade de la BNP (Project Quartet avec Rudy Levalois), la place des Cités unies (Rasin Gwada avec Pascal Otvas). Le groupe Horizon, avec Christian Laviso, se produira sur la place du marché aux épices et enfin, devant le Pavillon de la Ville, sur la place de la Victoire, on retrouvera Michel Mado Senktet, avec Philippe d’Huy, Raymond d’Huy, Eric Danquin et Klod Kiavué. Tout ce programme se déroulera entre 9h00 et 14h00. A partir de 23h00, au Madras Café à Jarry, c’est l’after jazz night au cours de laquelle se produiront le Jocelyn Ménard Jazz Group, le duo Gregory Privat / Sonny Troupé, et enfin le Psykédélick trio du trompettiste Franck Nicolas.

Dimanche 16 décembre – Place de la Victoire – Scène internationale

ilojazz1612
Tanya StVal
– 19h30. Cela fait plus de 25 ans qu’elle mène sa carrière, au gré de ses rencontres et de ses inspirations. Elle n’a que 9 ans lorsqu’elle fait ses premiers pas sur scène, sous le regard bienveillant de son père. Elle prend des cours de chant, de danse et même de claquettes puis commence par faire des choeurs et enchaîne les collaborations. A 20 ans, elle enregistre son premier album solo, « Tambour ». Le succès est immédiat. Sur scène, l’énergie de sa présence et l’émotion de ses interprétations prennent toute leur dimension. De Paris (Zénith, Olympia) à New-York (SOB’s) en passant par l’Afrique et la Caraïbe, Tanya Saint-Val a enflammé les plus belles salles et ravi les publics les plus exigeants avec son style à la fois envoûtant et percutant. Tanya Saint Val est une curieuse, une exploratrice musicale qui n’hésite pas à s’attaquer à des styles musicaux très variés, pour le bonheur des publics éclectiques et exigeants. C’est d’ailleurs dans cet esprit qu’ÎLOJazz se propose de réveler au public Tanya « Autrement ». Peu de gens savent en effet que Tanya est également une chanteuse de jazz qui peut interpréter et même s’attacher à des répertoires tels que celui de Roy Ayers. Dans un registre biguine jazz, Tanya Saint-Val sera accompagnée d’instrumentalistes de talent : Lead – chant : Tanya SAINT-VAL – Piano : Alain JEAN-MARIE – Batterie : Gregory LOUIS – Basse : Thierry FANFANT – Saxophone : Sylvain JOSEPH – Trompette : Franck NICOLAS – Guitare : Jean-Christophe MAILLARD

Billy Cobham – 21h00. Le festival s’achèvera sur un feu d’artifice de jazz fusion, sous les baguettes de feu du grand Billy Cobham. Passé maître dans l’art de la polyrythmie et tambour clé du jazz rock, Billy Cobham a illuminé de sa science des centaines de séances qui, de Miles Davis au Mahavishnu Orchestra en passant par Dreams avec les frères Brecker, parcourent un spectre à l’étendue proprement sidérante. Originaire du Panama, la famille de Billy Cobham s’installe à New York alors qu’il est encore un enfant. Batteur depuis l’enfance, il suit les cours de la High School of Music and Art de New York dont il sort diplômé en 1962. Après trois ans dans la fanfare de l’armée américaine, il rejoint le groupe du pianiste Horace Silver, joue et enregistre avec le saxophoniste Stanley Turrentine, l’organiste Shirley Scott et le guitariste George Benson. C’est au contact des frères Brecker et du guitariste John Abercrombie qu’il s’intéresse au Jazz Fusion, mélange des rythmes de jazz, de rock et de funk. Il enregistre également avec Miles Davis. (Live Evil, Tribute to Jack Johnson…) et tournera également avec le trompettiste. En 1971, avec John Mc Laughlin, il fonde le Mahavishnu Orchestra, groupe avec lequel il tournera longtemps et produira de nombreux albums. Son premier album solo, « Spectrum », sort en 1973. A cette époque, on retrouve également Billy Cobham auprès de Carlos Santana. Il existe un bon nombre d’albums solo de Billy Cobham qui continue d’enregistrer, de donner des concerts et d’enseigner. En 2006, sort l’album « Drum’n voice 2 », un retour au son du jazz funk des années 70 avec des invités comme Jan Hammer, Buddy Miles, John Patitucci, Jeff Berlin, Dominic Miller, Mike Lindup, Airto Moreira, Frank Gambale, Brian Auger, Guy Barker et le groupe Novecento.

Plus d’infos sur le site de Cap Excellence



Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

derniers tweets

#Concert Yosuke Onuma, Grégory Privat - 13 Déc 2017, 19:00 - Maison de la Culture du Japon - Paris, #Ile_de_France ift.tt/2ALyGxB



Copyright © 2001-2017 le Bananier bleu - Mentions Légales - All Rights Reserved - Posts Feed

Powered by WordPress & Atahualpa