Biographies

Richard Bona

En avril 2002, Richard Bona, accompagné aux claviers d’Etienne Stadjwick, était venu présenter l’album “Révérence”, en un duo tout en finesse (Voir l’édition d’Ut Musica sur ce concert). En janvier 2004, il récidivait, cette fois avec son groupe au complet, formé d’Etienne Stadjwick (kbd), Aaron Heick (sax), Stéphane Véra (dms) et Samuel Torres (perc) pour présenter “Munia, the Tale”, son troisième album. A l’occasion du LaKasa Jazz Fest 2005, Richard est revenu avec la même formation qu’en 2004, et cette fois également accompagné de la chanteuse Malia, originaire du Malawi.
Mario Canonge, David Drumeaux, Richard Bona

Mario Canonge, David Drumeaux, Richard Bona

Chanteur, compositeur et instrumentiste aux multiples talents, Richard Bona nait en 1967 dans le village de Minta, dans l’est du Cameroun. Il grandit au sein d’une famille où la musique est reine. Son grand-père était chanteur et percussionniste de renom. Sa mère, chanteuse également, remarqua très tôt que son fils a de grandes affinités avec la musique. Richard Bona se produit pour la premièrere fois en public à l’âge de 5 ans, dans l’église de son village, en chantant avec sa mère et ses 4 sœurs. Comme il était assez difficile de se procurer des instruments de musique au village, il devait souvent les fabriquer lui-même. Ainsi fabrique-t-il plusieurs flûtes, diverses percussions en bois et même une guitare à 12 cordes après avoir chapardé des câbles de frein de vélo pour en faire des cordes !

Bientôt Richard Bona part vivre à Douala avec son père et où il trouva immédiatement du travail comme musicien. “Je compris sans peine que la guitare était l’instrument à la mode, hors duquel il n’y avait point de salut”. Il se rend très vite compte qu’il était capable d’apprendre pratiquement n’importe quel instrument rien qu’en observant quelqu’un en jouer. Il loue donc une vraie guitare pour remplacer son instrument “fait maison” et trouve sans peine des engagements. Il n’avait alors que 11 ans.

bona05En 1980, à l’occasion d’un engagement dans un club de jazz de Douala, il plonge littéralement dans cette musique grâce à la collection de disques du propriétaire. Le hasard voulut qu’il choisisse en premier l’album éponyme de Jaco Pastorius, virtuose de la guitare basse électrique. L’interprétation de “Portrait of Tracy” bouleversa littéralement sa vie. “Avant de connaître Jaco”, déclare-t-il, “je n’avais jamais songé à jouer de la basse. Ma réaction immédiate à la première écoute fut de vérifier si je ne m’étais pas trompé de vitesse sur le tourne-disques ! Je croyais que le 33 tours passait en 45 !”

A 22 ans, il quitte l’Afrique pour Paris. “Je suis arrivé à Paris en plein hiver”, se souvient-il. “Mais au Cameroun, il n’y a pas d’hiver et j’ignorais ce que c’était. J’ai débarqué à Paris en shorts et en chemisette, j’étais frigorifié à la sortie de l’avion ! Il y avait de la neige partout. Je n’en avais jamais vu de ma vie. J’étais paniqué, je voulais tourner les talons et rentrer chez moi tout de suite !”. Deux mois plus tard, Richard Bona participe régulièrement aux concerts de grands jazzmen français tels que Didier Lockwood et Marc Ducret, ainsi que de stars africaines comme Manu Dibango et Salif Keita. Pendant les sept années de son séjour parisien, Richard Bona suit des cours dans une école de musique pour affiner son talent de compositeur et s’investit à fond dans le répertoire de grands noms du jazz : Miles Davis, Chet Baker et Ben Webster.

Installé à New York fin 1995, il reprend contact avec Joe Zawinul, avec lequel il avait joué à Paris et participe à l’enregistrement de son album “My People” ainsi qu’à la tournée mondiale qui s’ensuivit. De retour à New York, Richard Bona multiplie les engagements dans tous les clubs du centre-ville. C’est dans l’un de ces clubs que Jake Holmes, auteur de nombreux morceaux pour Harry Belafonte, l’entend. Richard Bona se retrouve directeur musical peu de temps après et devient leader du groupe de ce dernier pendant un an et demi.

Le premier album de Richard Bona, “Scenes From My Life” est sorti en 1999 et remporta un immense succès, alors qu’il est quasiment distribué sans publicité. On y retrouve Jean-Michel Pilc (pno), Michael Brecker (sax), Omar Hakim et Mokhtar Samba (dms). En 2001, c’est la sortie de “Reverence”, où l’on retrouve, outre ses musiciens personnels, Michael Brecker et Pat Metheny. Enfin en 2003 sort “Munia, the Tale”, auquel participent entre autres Salif Keita et Kenny Garrett.

bonatiki-300Richard est désormais demandé par les plus grands (Joe Zawinul, Pat Metheny, Larry Coryell, Michael et Randy Brecker, Steve Gadd, Mike Stern… voir les extraits de discographie ci-dessous), et participe aux derniers disques de Mario Canonge (“Rhizome”, avec Roy Hargrove, Jacques Schwarz-Bart…) et de George Benson (“Irreplaceale”).

L’année 2004 commence par une récompense quand Richard décroche la Victoire du Jazz “Meilleur artiste international” en mai à Deauville. On retrouve également Richard sur l’album de son ami Marc Berthoumieux (Jazz | No Jazz). Richard est sur toutes les radios et joue en concert à France Inter, avec Marc et Mario. En juin, c’est Mike Stern qui l’amène avec lui en Guadeloupe pour deux concerts en trio. On le retrouve également avec le Jaco Pastorius Big Band au North Sea Jazz Festival – il avait enregistré avec eux en 2003 -.

L’année 2005 est également bien remplie. On le retrouve de nouveau aux côtés de Pat Metheny dans “The Way Up”, sur l’album de Lokua Kanza, “Plus Vivant”… Durant l’été, Mike Stern l’introduit auprès du mythique groupe de fusion Steps Ahead avec lequel il tourne en Europe (avec Bill Evans, Mike Mainieri, Steve Smith, Eliane Elias…). Plus personnellement, c’est l’année de parution d’African Tale, un DVD sur sa vie et sa carrière, depuis son Cameroun natal jusqu’à New-York. En fin d’année paraît son quatrième album, Tiki, qui ouvre la musique africaine sur le monde, de l’Inde – avec la participation de Susheela Raman – au Brésil. La tournée de présentation de l’album l’amène jusque sur la scène de l’Olympia au mois de décembre.

Mise à jour mars 2006

scenesfrommylife050Scenes From My Life – 1999 – Richard Bona, Michael Brecker, Omar Hakim, Aaron Heick, Ari Hoenig, Jean-Michel Pilc, Mokhtar Samba, Etienne Stadwijck.
Richard Bona a également participé à de nombreux albums parmi
lesquels on peut citer :

  • Joe Zawinul – My People – 1992
  • Eric Le Lann – Cap Fréhel – 1995
  • Larry Coryell – Spaces Revisited – 1997
  • Harry Belafonte – An evening with Harry Belafonte – 1997
  • Joe Zawinul – World Tour (live) – 1998
  • Jacky Terrasson – What is it – 1999
  • Regina Carter – Rhythms Of The Heart – 1999
  • Danilo Perez – Motherland – 2000
  • Randy Brecker – Hangin’ In The City – 2000
  • Jane Monheit – Come dream with me – 2001
  • Mike Stern – Voices – 2001
  • Bobby McFerrin – Beyond Words – 2002
  • Pat Metheny Group – Speaking Of Now – 2002
  • Joe Zawinul – Faces and places – 2002
  • George Benson – Irreplaceable – 2003
  • Mike Stern – These Times – 2003
  • Mario Canonge – Rhizome – 2004
  • Toto Bona Lokua – 2004
  • Marc Berthoumieux – Jazz | No Jazz vol. 2 – 2004
  • Coco Mbassi – Sisea – 2004
  • Lokua Kanza – Plus Vivant – 2005
  • Pat Metheny Group – The Way Up – 2005
reverence050Reverence – 2001 – Richard Bona, Michael Brecker, Vinnie Colaiuta, Edsel Gomez, Aaron Heick, Ari Hoenig, Pat Metheny, Oz Noy, Etienne Stadjwick…
munia050Munia – 2003 – Richard Bona, Vinnie Colaiuta, Valérie Belinga, Kenny Garrett, Aaron Heick, Salif Keita, Etienne Stadwijck…
african-taleAfrican Tale – 2005 – DVD – avec Etienne Stadwijk, Mario Canonge, Nathaniel Townsley, Aaron Heick…
tiki-050Tiki – 2005 – Richard Bona, Vinnie Colaiuta, Etienne Stadwijck, Mike Stern, Marc Berthoumieux, Susheela Raman, Djavan…

Quelques liens sur Richard Bona :

Personnel :
Richard Bona (bass, vcl, g…),
Etienne Stadwijk (kbds),
Aaron Heick (sax),
Samuel Torres (perc),
Ernesto Silverio Simpson (dms)
& Gregg F. Fine (g)
Concert le 16 avril 2006 à 20h00 précises
Prix des places : 50 € en prévente, 55 € sur place. Formule concert + buffet à 60 €
logo_lakasa LaKasa Musik
rue Thomas Edison
97122 – Baie-Mahault
tél. : 0590 38 69 12 / 0690 50 62 60
e-mail : lakasaloc@wanadoo.fr

derniers tweets

[sonjé] Sway, vrai premier album de Gérald Toto On ne parle pas assez de Gérald Toto... Le chanteur d'origine martiniquaise a probablement surtout été remarqué pour son appartenance au trio Toto Bona Lokua qui étend bit.ly/335u95S


Sur Facebook

1 month ago  ·  

View on Facebook

Au hasard sur notre chaine


Copyright © 2001-2020 le Bananier bleu - Mentions Légales - All Rights Reserved - Posts Feed

Powered by WordPress & Atahualpa