Brèves - Disques

At Last! Premier album du bassiste Guy Bervin

L’an dernier, un ami mélomane m’avait mis sur la piste du premier album du bassiste Guy Bervin. Nous étions déjà en retard sur ce disque paru en 2018. Sans aucune excuse valable, et bien qu’At Last! tourne très régulièrement sur ma platine depuis lors, j’ai encore trainé avant de finalement prendre le temps de vous rédiger quelques lignes sur cet album qui s’écoute toujours avec facilité et plaisir. Nous y voilà enfin !


Discret s’il en est, le bassiste Guy Bervin connait pourtant son affaire depuis longtemps. Nourri au funk par la radio, le guadeloupéen d’Île de France a aussi baigné depuis l’enfance dans les musiques caribéennes puis, dans les années 80, intègre Specimen, dont les influences fusion jazz rock seront une révélation. Il faut donc cependant attendre 2018 pour voir enfin sortir ce At Last! qui puise dans les compositions du bassiste, jusque-là disséminées dans quelques compilations ou bien jouées en concert. C’est donc tout naturellement qu’At Last s’ouvre sur deux compositions hautes en groove, emmenées par la chanteuse Edna Renard (Slowdown) ou la guitare saturée de Patrick Sedoc (Night Rhythm). Les Antilles sont bien évidemment au rendez-vous, qu’il s’agisse d’une biguine nostalgique (Karukera) – et sous les baguettes de Jérôme Castry, ou d’un zouk chaloupé à la basse par le maître des lieux (Plénitude sur la Terrasse). L’univers de Guy Bervin s’élargit aussi à la Jamaïque et au Brésil (Dubby, Como Você Quiser) et le bassiste a toujours une attention particulière pour laisser l’espace nécessaire à ses amis musiciens pour s’exprimer. Tout au long de l’album, on retrouve ainsi la guitare volontiers Santanienne de Patrick Sedoc, ou bien des claviers caméléons et toujours pertinents de Rony Olanor. Sur un Paris Pointe-à-Pitre qui brouille les pistes, entre funk et biguine, le pianiste laisse d’ailleurs libre court à son inspiration. At Last! se referme comme il s’était ouvert, sur du jazz funk d’excellente facture, avec la reprise de She’s A Super Lady de Luther Vandross. On espère désormais qu’At Last! ne sera pas The Last et que Guy Bervin profitera de cet album pour faire mieux connaître et reconnaître son travail de leader, qui complète parfaitement sa réputation méritée de sideman recherché.


Guy Bervin & Friends : « At Last »


Année : 2018
Label / Référence :
Personnel : Guy Bervin, Edna Renard, Jérémie Viraye, Sulaiman Hakim, Pat Sedoc, Rony Olanor, Jérôme Castry, Fred Bintner
Titres
1- Slowdown (4:18) / 2- Night Rythm (6:36) / 3- Karukera (8:14) / 4- Plenitude Sur Terrasse (4:37) / 5- The End Of The Road (Interlude) (2:22) / 6- Dubby (6:48) / 7- Como Voce Quiser (7:28) / 8- La Mangrove (4:54) / 9- Paris-Pointe A Pitre Speedway (7:18) / 10- She's A Super Lady (6:04)

derniers tweets

[sonjé] Destination Guadeloupe @ New York, 2ème Le #Festival "Destination Guadeloupe" retourne à New York pour sa deuxième édition, et s'étend. Du 18 au 22 novembre, auront lieu expositions, dégustations et concerts bit.ly/2OFgeBj


Sur Facebook

Au hasard sur notre chaine


Copyright © 2001-2020 le Bananier bleu - Mentions Légales - All Rights Reserved - Posts Feed

Powered by WordPress & Atahualpa