Brèves

Jacques Schwarz-Bart présente « Abyss »

bannernlimg_6089_webDeux ans après « Soné Ka-La », Jacques Schwarz-Bart nous revient avec un nouvel album dans la lignée du précédent, « Abyss ». Ce qui ne veut pas dire, loin de là d’ailleurs, similaire. En deux ans, Jacques a fait évoluer le discours autour de sa fusion du jazz et du gwoka. D’abord, il a constitué une équipe désormais fidèle et imprégnée du concept, constituée des deux tambouyés Sonny Troupé et Olivier Juste – pour la partie Antilles – et de Milan Milanovic, maitre des claviers et des harmonies. Avec cette base solide, les développements sont désormais possibles, d’autant qu’elle est renforcée d’Hervé Samb à la guitare, déjà familier de ces fusions, et du grand Reggie Washington à la basse et la contrebasse.

img_5707_webJacques Schwarz-Bart a délibérément a choisi d’explorer la profondeur – « Abyss » – de cette fusion, ce qui ajoute à l’épaisseur de son discours. On trouvera probablement l’album moins flamboyant que « Soné Ka La », mais au final certainement plus riche. Parmi les morceaux phares de l’album, le titre « Abyss » lui-même est une pièce particulièrement remarquable, éclairée par la voix d’Elisabeth Kontomanou et la guitare de John Scofield – excusez du peu. Evolution d’un morceau que Jacques porte en lui depuis longtemps – il était déjà présent sur l’album du Brother Jacques Project en 2003.

Par rapport au projet que Jacques en avait au départ, « Abyss » a très certainement évolué, en grande partie parce que la vie est entre temps passée par là. C’est ainsi que « André » et « An Ba Mango La » – ce dernier avec la voix de Guy Conquète qui nous ramène aux racines du chant traditionnel guadeloupéen – ont été écrit en souvenir de son père disparu peu après la parution de « Soné Ka La ». L’album prend ainsi une tournure plus grave qui laisse à Jacques la latitude d’exprimer son sens mélodique et harmonique aigu, épaulé à l’occasion par les textes et la voix de Simone Schwarz-Bart. Pour autant le groove et la transe du gwoka ne sont jamais très loin (Pan Ga To, Mendé Chiraj). Enfin, Jacques fait judicieusement appel à la voix soul de Stephanie McKay sur un « Big Blue » qui personnifie cette fusion caribéo-américaine, désormais sa double identité.

Plus d’infos :

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

derniers tweets

Track of the day. Deep gwoka soul by Robert Oumaou & Gwakasonne. Algerie 62, extrait de Gwakasonné 1984. #Caribbean #Gwoka #Jazz buff.ly/2DhuDhg pic.twitter.com/QJeWVDmE2P

sélection de vidéos

Error thrown

Cannot use object of type WP_Error as array