Brèves - France & Europe

Eddy Louiss au Trianon

Difficile (nécessaire ?) de présenter Eddy Louiss en quelques lignes. Baigné dès l’enfance dans une ambiance musicale, encouragé par ses parents, Eddy apprend très tôt le piano et tourne avec l’orchestre de son père. A guère plus de seize ans il fait le bœuf au Chat qui Pêche avec Aldo Romano et JF Jenny-Clark. Il enregistre avec Daniel Humair, tente de se lancer sous son nom, mais surtout intègre les Double-Six au chant, sous la houlette de Mimi Perrin et parcourt le monde… jusqu’à tomber par hasard sur un orgue Hammond. L’histoire est dite. De retour à Paris, c’est Lou Bennett qui lui apprend à s’en servir. Après son service militaire Eddy rencontre Claude Nougaro, joue avec Jean-Luc Ponty, Pierre Cullaz, Jimmy Gourley, Kenny Clarke… Bref, il est demandé partout et par les meilleurs dont Stéphane Grappelli, NHOP ou encore Stan Getz. A partir de 1977, Eddy Louiss s’oriente peu à peu vers les métissages musicaux, part jouer en Côte d’Ivoire – où il découvre Paco Séry – , dirige l’orchestre d’Henri Salvador, et publie quelques albums comme « Multicolor feeling » ou « Sang Mélé ». Dans les années 90, il enregistre avec Michel Petrucciani, s’envole vers la Nouvelle Orléans pour y graver « Louissiana ». En 2004, avec Vander, Lubat et Trussardi, il enregistre un hommage à Claude Nougaro. Par la suite, son activité se réduit pour combattre ses ennuis de santé. Mais Eddy Louiss ne lâche pas la musique et on le retrouve sur scène à partir de 2010 –à l’Olympia pour ses cinquante ans de carrière. Jusqu’à ce concert au Trianon, le 22 septembre prochain pour lequel Eddy rassemble un all-stars métissé parmi lequel on peut citer Alain Jean-Marie, Jacob Desvarieux, Xavier Cobo, Fabien Mary, Arnaud Dolmen, parmi de nombreux autres. Le mot d’ordre est simple : « Music will save us all ». L’occasion donc de mélanger jazz et Caraïbe : « Pour cette soirée, j’ai envie de mélanger les influences que j’aime… Quelques morceaux de l’un des albums les plus mythiques de Miles Davis,John Coltrane, Cannonball Adderley, Bill Evans, Wynton Kelly, Paul Chambers et Jimmy Cobb… « Kind of Blue ». Un clin d’oeil à l’un des maitre de la bossa nova, Antônio Carlos « Tom » Jobim, qui avec simplicité et naturel nous a éclairé un chemin nouveau. Avec Alain Jean-Marie au piano, nous enverrons une pensée vers Michel Petrucciani, si loin et si proche. Les west indies coulent dans mes veines et j’ai envie de partager avec des musiciens dont le coeur bat au même rythme. Jacob Desvarieux et André Saint-Prix m’ont fait l’honneur d’accepter l’aventure. Cette soirée sera bleue, simple et chaude… »

Eddy Louiss

Concert au Trianon – 22 septembre 2012 – 20h
LE TRIANON
80 bd de Rochechouart – 75018 Paris
Tél. 01 44 92 78 00 – Fax. 01 72 70 36 02
Location Tempo111, Fnac, Sunset

derniers tweets

[sonjé] Des étoiles pour le jazz-ka 10 septembre - Sortie CD - Le Bananier Bleu se serait-il endormi en ce mois de septembre à l'encéphalogramme culturel plat en Guadeloupe ? Et pourtant, il vient tout de même d'y avoir bit.ly/2CNJfBY


Sur Facebook

Au hasard sur notre chaine


Copyright © 2001-2019 le Bananier bleu - Mentions Légales - All Rights Reserved - Posts Feed

Powered by WordPress & Atahualpa