A la Une - Disques

Le Temps Fou : L’envol de Jonathan Jurion

Le Temps Fou - Jonathan Jurion

Voilà bien quinze ans que je suis ce que fait Jonathan Jurion. Il avait alors tout juste vingt ans, et il intégrait Iguane Xtet pour préparer le premier album du groupe et participer à plusieurs festivals, en France hexagonale et en Guadeloupe. Et nous avions tous été irrémédiablement séduits par son jeu, entre son talent, son don pour l’innovation, sa technique, sa musicalité, sa versatilité rafraîchissante, bref… A cette même période, toujours en Guadeloupe, Jonathan était de tous les bons coups : Caraib II Jazz, Artefact, Dunk, Christian Laviso… Le début d’une longue liste de participations qu’il poursuivra ensuite à Paris, souvent en compagnie d’Arnaud Dolmen, et auprès de musiciens comme Ralph Lavital, Yann Négrit, Mokhtar Samba ou encore Tangora. Il y a quelques années, son trio avec Arnaud Dolmen et Damien Nueva esquissait les prémices d’une production à venir, mais le projet n’était pas encore mûr. Plus récemment, on sentait frémir quelque chose lors de ses participations aux projets de Sonny Troupé ou Jowee Omicil. Jusqu’à ce qu’enfin cette année, les rumeurs d’un premier disque enflent pour finalement se confirmer. C’est donc pour moi un évènement et même une fierté – alors que bon, il est clair que je n’y suis pour rien, hein ! – de voir enfin sortir Le Temps Fou – The Music Of Marion Brown, qui plus est excellemment produit, sur un nouveau label de qualité, Komos Jazz, emmené par le défricheur sonore Antoine Rajon.

Et c’est donc en trio augmenté que Jonathan nous livre ce premier album dédié à la musique du souvent mal-aimé Marion Brown. Si le choix de ce répertoire peut surprendre, il faut d’abord y voir une belle rencontre d’idées entre le concept « The music of » d’Antoine Rajon et les rapprochements naturels de Jonathan avec l’histoire tourmentée d’un Marion Brown dont le free ultra libre était une marque de révolte non dissimulée. Ensuite, les thèmes de Brown se prêtent à merveille à la relecture créole jazz qu’en fait Jonathan. Il s’appuie – j’ai envie de dire « évidemment » – sur la batterie d’Arnaud Dolmen, complice de toujours, et autant multiforme que le sont les arrangements du pianiste. Le trio est complété par l’inattendu mais ô combien judicieux Michel Alibo, à la contrebasse, et qui prouve ici que son étiquette jazz fusion n’est que l’une des facettes de son jeu ici purement jazz, rond, fin, et tout en groove suggéré.

D’entrée, sur Sweet Earth Flying, un piano nerveux répond d’égal à égal au ka d’Olivier Juste, suivi du très caribéen Capricorn Moon où le pianiste est rejoint par Jowee Omicil (sax) et Josiah Woodson (tp). Les compositions de Brown collent parfaitement au traitement chaleureux et chantant que leur impose Jonathan, et dans l’espace laissé à l’improvisation on sent parfois poindre la tentation du free, comme une esquisse ou une inclinaison en devenir (La Placita). Le Temps Fou est le titre d’une BO écrite par Marion Brown pour le film du même nom de Marcel Camus en 1969, mais ne cherchez pas le film il n’existe pas. Il sera finalement sorti sous le nom de l’Eté Sauvage, et la musique remplacée par des compositions de Nino Ferrer, également acteur dans le film. Sans remettre en cause le talent de Nino Ferrer, il est clair qu’on avait changé d’esprit… Sur ce titre, mais aussi Children’s Tales ou encore La Placita, outre le jeu de Jonathan, on découvre un vrai trio jazz porté par la contrebasse de Michel Alibo et la finesse d’Arnaud Dolmen. Le groove caribéen reprend ses droits sur Magic Brown, et plonge même carrément dans le rétroviseur avec un réjouissant West India solo, entre stride « Monkien » et latin (pas sur le vinyle malheureusement).

Alors voilà, Jonathan Jurion sort ce mois-ci son premier album, et il est tout simplement formidable. Marion Brown y est créole, et cela semble une évidence.  Jonathan confirme ici ses grands talents d’interprétation et d’arrangement. Un trio jazz est né (espérons !). Que du bonheur !

Le disque est disponible sur BandCamp, et les autres sorties de Komos Jazz également. Et elles sont tout aussi intéressantes : Cheick Tidiane Seck s’attaque à la musique de Randy Weston, Palm Unit à celle d’Henri Texier, etc. En plus de la musique excellente, la production est de grande qualité, et il faut spécialement mentionner le graphisme de Brüno qui a réalisé pour l’occasion de superbes pochettes.


Jonathan Jurion : « Le Temps Fou - The Music of Marion Brown »


Année : 2019
Label / Référence : Komos Jazz (KOS006)
Personnel : Jonathon Jurion: Piano // Michel Alibo: Double Bass // Arnaud Dolmen: Drums // Jowee Omicil: Tenor & Soprano Saxophones // Josiah Woodson: Trumpet // Olivier Juste: Ka Drum
Titres
1. Sweet Earth Flying 04:19 / 2. Capricorn Moon 05:30 / 3. Le Temps Fou 03:42 / 4. A Children's Tale Mood 01:42 / 5. Once Upon A Time (A Children's Tale) 03:46 / 6. La Placita 06:33 / 7. Part 1.1: Magic Brown 04:46 / 8. Fortunato* 04:57 / 9. West India* 02:30 / 10. Bismillahi 'Rrahmani 'Rrahim 03:54 (*) titres absents du vinyle

derniers tweets

[sonjé] Eric Danquin – #batterie Professeur de batterie et de percussion à l’école municipale de musique de Port-Louis (Guadeloupe) et de Basse-Terre (Guadeloupe), Eric Danquin a commencé la batterie en suivant ses bit.ly/2OuObkz


Sur Facebook

Au hasard sur notre chaine


Copyright © 2001-2019 le Bananier bleu - Mentions Légales - All Rights Reserved - Posts Feed

Powered by WordPress & Atahualpa