Brèves - Disques - France & Europe - Jazz

Julie Saury honore Maxim et la Nouvelle Orléans

Julie Saury

Rien de caribéen, mais tout de créole tout de même. Julie Saury – rencontrée dans ces colonnes il y a déjà bien longtemps à l’occasion du concert du Ladies Quartet de Rhoda Scott au Festival de Jazz de Pointe-à-Pitre – Julie Saury donc, travaillait depuis quelques années à un projet musical qui lui tenait particulièrement à cœur, celui de célébrer la musique de son père, le clarinettiste Maxim Saury, l’un des piliers du jazz New Orleans à Paris au sortir de la seconde guerre. A l’époque, il joue entre autres avec Claude Bolling, Claude Luter, Sydney Bechet… et plus tard, transmet à sa fille l’amour de la musique et du jazz en particulier. Après sa disparition en 2012, Julie Saury s’est donc attachée à ce projet, « For Maxim – A Jazz Love Story », qui vient de voir le jour sous forme de CD et de vinyle. J’avais reçu l’album en janvier dernier – financé par crowdfunding à la fin de l’année dernière, et voici ce que j’avais écrit sur le coup – qui méritait à mon avis, une petite brève sur le Bananier bleu :

« MAIS QUEL PIED !!!
Bon, il n’en faut pas beaucoup pour que des effluves de la Nouvelle Orléans me transportent. Mais le ravalement de façade imposé par l’équipe de Julie est particulièrement intelligent, rajeunissant tout en préservant l’esprit et la tradition. Ecoutez le charleston sauce bop de Dinah, le modernisme de Sweet Georgia Brown ou les détournements rythmiques de Basin Street Blues… Il y a aussi la voix de Shannon Barnett – qui a parfois des accents de Laurence Saltiel. Je ne vais tout passer en revue, mais les musiciens sont formidables (ah, le piano de Philippe Milanta !). Amusant aussi, cette différence d’impression entre le vinyle – légèrement plus traditionnel, mais ça lui colle très bien – et le CD, avec des playlists en partie différentes. Bref, you made my day, Julie ! Merci. »


Julie Saury : « For Maxim - A Jazz Love Story »


Année : 2017
Label / Référence : Black and Blue
Personnel : Clarinet – Aurélie Tropez, Double Bass – Bruno Rousselet, Drums – Julie Saury, Piano – Philippe Milanta, Tenor Saxophone, Saxello, Flute – Frédéric Couderc, Trombone, Voice – Shannon Barnett
Titres
(programme du vinyle) A1     Moppin And Boppin     4:18 / A2     Avalon     3:17 / A3     Stars Fell in Alabama     5:41 / A4     Together     3:43 / A5     When It's Sleepy Time Down South     4:12 B1     Dinah     3:20 / B2     Basin Street Blues     4:24 / B3     Indiana     4:18 / B4     Do You Know What It Means To Miss New Orleans     6:40 / B5     Sweet Georgia Brown

Sur le CD, on trouve également St Louis Blues, Crazy Rhythm, Petite Fleur et A Kiss To Build A Dream On/September In The Rain. En revanche, Dinah, When It’s Sleepy Time Down South et Do You Know What It Means To Miss New Orleans ne sont présents que sur le vinyle. Faites votre choix, ou bien achetez les deux !

derniers tweets

[sonjé] Définition de la fusion par Eric Bonheur : Cap Sud Par temps gris et maussade, je recommande vivement de mettre entre vos deux oreilles l’album Cap Sud d’Eric Bonheur. L’effet est prouvé, la pêche revient bit.ly/2RNKJFc


Sur Facebook

CONCERT REPORTÉ | HellÖ tout le monde,
En raison du climat social de la semaine, le concert de ce Mercredi 11 Décembre prévu au Zèbre de Belleville est reporté.
Tous ceux qui avaient déjà leur préventes seront remboursés.

Comme on veut absolument fêter la sortie de Traversée avec vous alors une nouvelle date et un nouveau lieu seront bientôt annoncés 🤩

Restez connectés et d’ici là, on continue à traverser ensemble ✨

Merci à tous 🙏🏼
... See MoreSee Less

4 days ago  ·  

View on Facebook

Au hasard sur notre chaine


Copyright © 2001-2019 le Bananier bleu - Mentions Légales - All Rights Reserved - Posts Feed

Powered by WordPress & Atahualpa