A la Une - Disques

Siltane, le rock blues rasin de Moonlight Benjamin

Attention, c’est puissant et ça prend aux tripes. Et puis ça a l’air même tellement évident qu’on se demande pourquoi on n’y a pas pensé plus tôt. D’abord les guitares saturées de Matthis Pascaud remplissent l’espace, puis la voix de Moonlight Benjamin, véritable chant incantatoire, tout en force maîtrisée, s’impose sur ce tapis sonore pour créer un rock blues kreyol fascinant. Avec Siltane, on oscille entre rythmes traditionnels haïtiens et un blues électrique qui plonge dans la tradition du Sud profond, lorgne du côté du gospel – on pense aux Campbell Brothers ou bien à Otis Taylor ou encore à Buddy Guy. Et la transe de l’afrobeat n’est jamais très éloignée non plus. Moonlight joue de sa voix rauque pour interroger sur les malheurs et les injustices qui frappent Haïti, nous fait prendre conscience de l’importance de réagir et rend hommage à la culture vaudou. Le message est délivré principalement en créole, mais parfois aussi en français pour toucher plus largement. On a connu Moonlight Benjamin parfaitement convaincante dans des contextes plus traditionnellement caribéens, comme le Voodoo Jazz Trio de Jacques Schwarz-Bart ou bien les Creole Spirits d’Omar Sosa et Jacques Schwarz-Bart, et le contraste est d’autant plus saisissant. Avec Siltane, la prêtresse vaudou a fait preuve d’une intuition lumineuse en rapprochant ces musiques et cultures de résistance, qui racontent toutes les deux la terre ancestrale et les tourments de leur histoire récente. On retrouve à ses côtés le percussionniste Claude Saturne, également pierre angulaire des deux projets caribéens cités plus haut, et le bassiste Mark-Richard Mirand, dont le jeu a aussi accompagné de nombreuses créations ancrées dans la tradition haïtienne comme celles du saxophoniste Thurgot Théodat. L’idée originale a été soufflée par le jeune guitariste et arrangeur prodige Matthis Pascaud – clairement nourri aux sources tant de Jimi Hendrix que du Miles électrique, et qui a ramené avec lui de son passé bordelais, le batteur Bertrand Noël (Yonathan Avishai, Pauline Croze…). Au total, Siltane est un album rempli d’une énergie communicative, à mille lieues de la résignation, un cocktail blues / funk / rock / mizik rasin auquel il serait vain de vouloir résister.


Moonlight Benjamin : « Siltane »


Année : 2018
Label / Référence :
Personnel : Moonlight Benjamin (chant), Matthis Pascaud (guitares), Mark Richard Mirand (basse), Claude Saturne (percussions), Bertrand Noël (batterie)
Titres

1- Memwa’n (3 :41) / 2- Papa Legba (3 :47) / 3- Moso Moso (3 :48) / 4- Siltane (4 :09) / 5- Simbi (1 :08) / 6- Chan Dayiva (4 :27) / 7- Port-au-Prince (4 :24) / 8- Doux Pays (4 :08) / 9- Tan Malouk (4 :15) / 10- Des Murs (4 :14) / 11- Met Agwe (3 :29)

2 comments to Siltane, le rock blues rasin de Moonlight Benjamin

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

derniers tweets

[sonjé] Concerts et jam au P’ti Paris 21 janvier – Petite maison créole située à la sortie du bourg du Gosier, « Au P’ti Paris » est un endroit chaleureux et convivial où l’on peut s’asseoir devant une bananierbleu.fr/849/concerts-… #club

Sur Facebook

Manou Gallo, reine du groove africain | le Bananier bleu

Manou Gallo, reine du groove africain

2 J’aime, 0 commentairesIl y a 1 semaine

Photos du journal

« The first appearance in London of Guadeloupean drummer-composer Arnaud Dolmen is a masterstroke » – Jazzwise

7 J’aime, 0 commentairesIl y a 1 semaine

Reggae Down, by IWABO

Kalita Records réédite ‘Reggae Down’ par Iwabo, sorti à l’origine en juin 1985 en quantité extra limitée.

0 J’aime, 0 commentairesIl y a 1 semaine

David Drumeaux baisse le rideau à LaKasa | le Bananier bleu

David Drumeaux baisse le rideau à LAKASA MUSIK

0 J’aime, 1 commentairesIl y a 2 semaines

Robert Oumaou, 1954 - 2018 | le Bananier bleu

Nous apprenons avec une grande tristesse, la disparition d’une figure emblématique de la culture en #Guadeloupe, Robert Oumaou, 1954 – 2018..

6 J’aime, 3 commentairesIl y a 2 semaines

Au hasard sur notre chaine


Copyright © 2001-2018 le Bananier bleu - Mentions Légales - All Rights Reserved - Posts Feed

Powered by WordPress & Atahualpa