Brèves - Disques

Mare Undarum, le voyage lunaire de Sélène Saint-Aimé

J’étais curieux du premier album de la contrebassiste Sélène Saint-Aimé, produit encore une fois par le très pertinent label Komos Jazz d’Antoine Rajon (souvenez-vous, c’est lui qui a sorti l’an dernier « Le Temps Fou », premier album de Jonathan Jurion). Attente comblée avec cette édition soignée, et ce disque totalement innovant emmené par la jeune contrebassiste et poétesse. Difficile de décrire Mare Undarum sans être réducteur, tant les mélanges y sont étonnants, où le jazz a des accents de musique contemporaine, où les cordes se mêlent au rythme du gwoka, où les textes de Sélène sont récités au son du violon et du violoncelle. Mare Undarum est évidemment lunaire, comme un écho au prénom de l’artiste, et se place d’emblée sous le signe de notre satellite préféré. L’album mêle une majorité de compositions personnelles à quelques interprétations très choisies de Steve Coleman, Mussorgsky et Villa-Lobos. Ces trois titres illustrent d’ailleurs à eux-seuls la diversité d’influences qui anime Sélène Saint-Aimé. Si l’on y ajoute qu’elle a entre autres étudié avec Lonnie Plaxico et Ron Carter… La contrebassiste s’est entouré de musiciens talentueux, dont certains ne nous sont pas inconnus. On y retrouve ainsi Irving Acao au sax ténor – entendu auprès de Ray Lema, Mario Canonge ou encore Arnaud Dolmen – et Sonny Troupé en véritable paysagiste des rythmes plus qu’en batteur sur cet opus. Les cordes tiennent une place particulièrement importante sur Mare Undarum, sous les archets de Guillaume Latil – violoncelle et Mathias Lévy – violon. Enfin, Hermon Mehari donne à la trompette, la réplique à Irving Acao. Mare Undarum est un voyage, une exploration, dans un univers à la fois inconnu et familier, qui nous attire irrésistiblement et nous rappelle l’importance primordiale du beau.


Sélène Saint-Aimé : « Mare Undarum »


Année : 2020
Label / Référence : Komos Jazz (KOS 009)
Personnel : Sélène Saint-Aimé, Irving Acao, Sonny Troupé, Guillaume Latil, Mathias Lévy, Hermon Mehari
Titres
1. Mare Undarum Part I - 10:07 / 2. Feuillée et Beer - 01:34 / 3. Paene Umbra : Chez Rosa B. - 04:39 / 4. Valsa-Chôro - 05:21 / 5. The Rings Of Neptune - 02:37 / 6. Partialis - 04:29 / 7. Mare Undarum Part II - 05:20 / 8. Totalis - 02:13 / 9. Cum Mortuis in Lingua Mortua - 04:32

Plus d’info :

derniers tweets

[sonjé] [Abracadabra in jazz] Premier essai : Miles électrique, the Unreconstructed En ces années 1968 – 1975, cruciales par leurs attendus musicaux et leurs positions sociales révolutionnaires, Miles Davis va se trouver bit.ly/2UZBqDz


Sur Facebook

Au hasard sur notre chaine


Copyright © 2001-2020 le Bananier bleu - Mentions Légales - All Rights Reserved - Posts Feed

Powered by WordPress & Atahualpa