Biographies

Anick Noël – piano

anick-nb-150Anick Noel a la chance d’être née dans une famille où l’on pratiquait la musique, aussi bien du côté paternel que maternel. Il y a toujours eu un piano dans la maison. Pas une fête, pas un repas familial qui ne se terminait par des chansons. C’est ainsi qu’elle commence l’apprentissage du piano avec sa tante vers l’âge de 6 ans puis elle prend des cours avec Mme Diétlin puis sa fille. Dès son plus jeune âge, grâce à son père qui possédait une discothèque éclectique, son horizon musical est largement ouvert à tous les genres : classique, jazz, traditionnel et international.

De 1962 à 1965, Anick Noël a ses premières expériences de groupe avec quelques amis musiciens de son père, lui-même pianiste, guitariste, violoniste : Fernand Pentier, Gérard Michel, Edouard Floro qui formeront plus tard le groupe Musica. Après avoir obtenu le baccalauréat, Annick part en France poursuivre des études d’anglais. Installée à Caen, elle participe à un orchestre d’étudiants, “Los Blocotos”, s’inscrit au Conservatoire de Musique de la ville, puis finalement, en 1973, abandonne l’anglais pour la musique et décide de “monter à Paris”.

En 1974, elle se retrouve sur sa première scène parisienne, au Carré Sylvia Monfort, pour une comédie musicale de Jho Archer. Elle y retrouve Jean-Claude Antoinette aux congas, et Jean-Claude Naimro aux claviers. Le spectacle part en tournée en France, en Suisse et en Belgique. Entre 76 et 78, elle fonde Fireball, un groupe de funk dans lequel on retrouve quelques transfuges de Jho Archer : Monique et Harold Lesueur (chant), José Tagus (basse), Gilbert Noël (guitare), Philippe Leroux (batterie) et plus tard Wally Badarou (2ème clavier) et Claude Vamur (batterie). Ils enregistrent un album et trois 45 tours. Le titre “Losin” atteindra la tête du hit-parade d’Europe 1. Le 30 juin 1976, Fireball passe au Pop Club de José Arthur sur France Inter, et le groupe se produit dans quelques uns des grands clubs parisiens : au Bataclan, au Bilboquet, au Golf Drouot… Sur cette lancée, Fireball part jouer dans le Sud de la France : Saint-Tropez, la Grande Motte, Palavas, Mimizan, Sables d’Olonne…

anick-02Durant la fin des années 70, Anick se produit régulièrement dans des restaurants et piano-bars (Flamboyant des Iles, Canne-à-Sucre, Montagne Pelée) où elle rencontre de nombreux artistes : Harry Gatibelza, Marcel Louis-Joseph dit Ti Marcel, Daniel Misaine, Robert Malmin, Serge Marne, Arthur Apatout… Elle participe à de nombreux galas avec Gérard Laviny, David Martial, Moune de Rivel, Al Lirvat pour une comédie musicale et Henri Guédon qu’elle accompagne à la Chapelle des Lombards et à l’Olympia. Ce soir là, elle cotoie Marius Cultier et Manu Dibango qui se produisaient sur cette même scène. En 1977, elle accompagne le chanteur camerounais Mike Nounou en tournée au Cameroun.

En 1980, Anick fait la connaissance de Luc Hubert Séjor et collabore à son premier album “Mizik Filarmonik” dont l’un des morceaux, “Penn é Plézi” a été pendant longtemps l’indicatif des avis d’obsèques sur RFO Guadeloupe. Anick reprend ses études de musique, suit des cours à l’Ecole Normale de Musique puis à l’Institut Catholique et enfin à l’American School of Modern Music pour mieux se parfaire en pédagogie. Anick souhaite en effet pouvoir transmettre à ses jeunes compatriotes ses connaissances et son amour de la musique. Anick joue tous les soirs au Port Créole qui est la boite du célèbre restaurant La Créole sur le boulevard Montparnasse avec Guy Bévert, Tony Faisan, Claude Durozier, Willy Merkiled.

anick-04Le retour d’Anick en Guadeloupe a lieu en janvier 1983. Elle s’installe à Basse-Terre comme professeur de piano. Les élèves affluent ainsi que des propositions de travail : elle participe par exemple à “Makandja” avec les frères Jalet et enregistre sur leur premier album. Anick accompagne Swanha Desvarieux et Gertrude Seinin au Centre des Arts à Pointe-à-Pitre, puis au CMAC de Fort-de-France en 1984. On la retrouve également auprès des frères Philippe et Raymond d’Huy ainsi que de Félix Saint-Cirel.

En 1986, Anick crée son propre groupe, “Alizés”, avec Léo Pommier, Christian Dorante, Alain Candela-Delos, les deux frères Gustave dit Duflo. Le répertoire est rétro (biguine, valse, mazurka…) et jazzy. Dans toute la mouvance zouk, Alizés était un des rares groupes à jouer la biguine qu’Anick a toujours pronée. Cette même année coïncinde également avec les premiers Vendredi Pichon, animation créée par Alex Nabis afin de promouvoir les artistes et les entreprises de production de la Guadeloupe. Anick s’investit énormément dans son rôle de coordinatrice des animations ; c’est aussi l’occasion de permettre à ses élèves de se produire en public. En 1987, “Alizés” devient “Corail”, avec la même équipe augmentée de la guitare acoustique de Marc Bernos. La musique devient plus élaborée. Il faut marier le jeu des deux guitares et celui du clavier. L’année suivante, Marc Bernos fait appel à elle pour former “Kriyolio” avec José Vulbeau, Georges Juraver, Arsène Noel, Jacky Serin, Francis Vala, Olivier Vamur. Le projet est de créer une musique qui allie tradition et modernité, musique populaire et musique savante. Le groupe participe au FESTAG en 1989. Le groupe se produit régulièrement en Guadeloupe (concert au Champ d’Arbaud, Festival de Créations Indéites de Vieux Habitants en 1991) et en métropole (à Saint-Denis en région parisienne en 1992), pour finalement déboucher sur l’album du groupe en 1993. Durant cette période, à l’initiative du GRETA, Anick participe à une action d’insertion socio-culturelle des détenus à la maison d’arrêt de Basse-Terre. En 1994, c’est la renaissance du groupe d’Anick sous le nom de “Bleu Corail”. Entretemps Marie-France Mathurin a rejoint le groupe qui se produit lors de manifestations populaires et dans les restaurants.

anick-03En 1999, en hommage à nos ainés, Anick compose La Valse Sage. Le texte de Gérard Thadey est chanté par Marie-France Mathurin. Les arrangements écrits par Anick sont joués par cinq violonistes de l’ensemble Chevalier de Saint-Georges. En juillet, c’est “40 tambours contre le son de la violence”, œuvre que Gilles Floro avait commencé àcréer avant sa fin tragique. En 2000 elle participe à la soirée consacrée au piano au Centre des Arts de Pointe-à-Pitre, avec Robert Sarkis, Normand Deveault, Christian Amour, Fred Fanfan. Avec le groupe “Sérénade Party”, elle joue au Centre des Arts puis à l’Auditorium de Basse-Terre, et participe au premier Festival Creole Blues de Marie-Galante. Cette même année, elle accompagne l’ensemble Vocal Nord Basse-Terre en tournée en Italie. L’année suivante, “Bleu Corail” se produit tous les dimanches au Casino du Gosier et à la Terrasse de la Marina de Rivière-Sens. Jean-Pierre Cari est le nouveau bassiste, Albert Cécé à la batterie, Jean-Claude Jeanton à la trompette.

En 2002, Anick accompagne Roger Beligny au Festival Creole Blues de Marie-Galante en juin et au Festival de Jazz de Pointe-à-Pitre en décembre. En juillet, avec l’ensemble Vocal Nord Basse-Terre et “Bleu Corail”, Anick est en tournée en Vendée dans le cadre d’un échange entre l’école de Musique de Pontchateau et “Bleu Corail”. L’année suivante elle accompagne Martine Sylvestre au Centre des Arts lors du concours de Biguine, qui obtient le premier prix. Toujours avec Martine Sylvestre, elle participe au Festival Lokans Voix Sacrées. En avril de cette même année, Anick crée le “Trio 2+1” avec Joel Larochelle à la contrebasse, Alain Gravier au violon, pour des prestations à l’Auberge de la Vieille Tour (Gosier). En décembre le violon est remplacé par la guitare de Marc Bernos. En 2004, Anick enregistre avec différents artistes : Roger Beligny (sortie du CD prévue en 2005), Martine Sylvestre (sortie du CD prévue en 2005), Marie-France Mathurin, Maryse Picord, France-Lise Berthély, Chabela, Elles Chantent Volel.

Mise à jour : février 2005
Merci à Anick Noël et Gustav Michaux-Vignes

pour leur précieux concours dans la rédaction de cette biographie

Discographie

pochette-fireball-050 Drive me to hell – 1976 – Fireball – AT 11250
pochette-lhsejor-050 Mizik Filarmonik – 1980 – Luc Hubert Séjor – MC 202 TL 9012.
pochette-makandja-050 La vi a lè – 1985 – Makandja – 3A 229
pochette-kriyolio-050 Ka ki mendé blues – 1993 – Kriyolio – Polydisc CD 64142. Sonodisc.
pochette-serenade01-050 Volume 1 – 1998 – Sérénade Party – KC 0656.
pochette-tifabris-050 Woutouné – 1999 – Ti Fabris’ – KC 0660.
pochette-serenade02-050 Volume 2 – 2000 – Sérénade Party – KC 0659.
pochette-bleucorail-050 La valse sage – 2000 – Bleu Corail – KBS 0657.
pochette-lekouz-050 Konpwann – 2000 – Lékouz Lilian – KC 0661.
pochette-evnbt-050 Mizik an nou toujou – 2001 – Ensemble Vocal Nord Basse-Terre (EVNBT) – EVNBT 001.
pochette-serenade03-050 Volume 3 – 2003 – Sérénade Party – KC 0667
pochette-jpcari-050 To carry – 2004 – Jean-Pierre Cari – 4388-2.
pochette-volel-050 Elles chantent Volel – 2004 – KC 0673

derniers tweets

[sonjé] Maracud’Jazz change de bassiste 11 juillet - Un nouveau bassiste pour Maracud'Jazz. Jean-Luc Otvas remplace Joël Taret, l'occasion de toiletter la page du groupe. bit.ly/3cHnPqH


Sur Facebook

3 weeks ago  ·  

View on Facebook

Au hasard sur notre chaine


Copyright © 2001-2020 le Bananier bleu - Mentions Légales - All Rights Reserved - Posts Feed

Powered by WordPress & Atahualpa