Retour Sur 2022 – La Sélection Subjective…

Récap’ 2022, c’est l’heure. Encore une année riche pour les musiques jazz afro-caribéennes au Bananier bleu. Nous avons pioché dans les albums reçus et appréciés cette année, et il y a véritablement une somme de musiques formidables. Le jeu consiste à n’en sortir que neuf dans le format de cette image, mais c’est un crève-cœur de n’avoir pas pu y mettre de nombreux autres qui le méritent largement ! À retrouver dans nos colonnes, mais surtout disponibles en ligne et en magasin – et souvent directement auprès des musiciens ou des labels, pensez-y ! Voici donc la petite sélection annuelle.

  • Black Lives, from generation to generation – Reggie Washington & friends, avec entre autres Cheick Tidiane Seck, Jacques Schwarz-Bart, Grégory Privat, Sonny Troupé, Stephanie McKay, Marvin Sewell et de nombreux autres.
  • Yonn – Cinquième album du pianiste Grégory Privat, en solo, introspectif et superbe.
  • Adjusting – Deuxième album ébouriffant d’Arnaud Dolmen, et année de consécration pour le batteur guadeloupéen qui voit son fantastique talent récompensé et surtout largement reconnu.
  • Nout’ Souk – Deuxième opus également pour le trio Akoda et son jazz créole ouvert d’un océan à l’autre, toujours aussi séduisant.
  • Lèspri Ka – Première compilation de gwoka, richement documentée, qui fait ressortir quelques trésors oubliés, à l’initiative conjointe des labels Séance Centre et Time Capsule
  • Ka-Frobeat – Magic Malik plonge dans ses racines multiples et les marie à merveille, au sein de son univers personnel musical, entre jazz, Afrique et Caraïbe.
  • Bel Matjoukann – Le pianiste Thierry Vaton se met enfin en lumière et nous restitue avec éclat les richesses de son âme et de son histoire musicales, empreintes de mélodies et de grooves tout en finesse.
  • Potomitan – la contrebassiste Sélène Saint-Aimé poursuit l’exploration de son univers musical onirique avec ce deuxième album où se rencontrent ses influences traditionnelles, jazz et classiques.
  • A.P.P. – Muyiwa Kunnuji, dernier trompettiste de Fela, revient avec un album militant, servi par son afro-classic-beat contagieux. Irrésistible.

Et n’oubliez pas l’électro-jazz de Rodolphe Lauretta, le duo intimiste d’Annick Tangorra et Alain-Jean-Marie, Nanm Kann, l’album posthume de Jacob Desvarieux, le premier album en acrobaties vocales d’Hubert Colau ou encore le premier disque (enfin !) de Dominique Bougrainville, Ki Nov ? Et en attendant une année 2023 qui semble d’ores et déjà prometteuse !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com